L’enjeu stratégique de la e-réputation : WEreputation dans la presse "LeToutLyon"

L’enjeu stratégique de la e-réputation : WEreputation dans la presse sur « Le Tout Lyon Affiches »

« Personne ne peut y échapper. La réputation sur Internet est devenue, en l’espace de quatre ans, un enjeu stratégique pour les dirigeants et les entreprises. Si bien qu’elle demande un minimum de préparation. »

l-enjeu-strategique-de-la-e-reputation

 

« Une affaire privée qui resurgit sur la toile trois ans après les faits incriminant un patron lyonnais; des rumeurs sur les soit-disant dangers d’un produit alimentaire qui se propagent d’un simple clic sur les réseaux sociaux; des insultes envers un supérieur publiées dans un article sur un blog; ou une image à redorer par Findus après l’affaire de la viande de cheval. Autant d’exemples qui laissent des traces pour les concernés et peuvent en laisser durant des années encore…

Ces quinze dernières années, avec le développement d’Internet et des réseaux sociaux, le phénomène de la réputation d’une marque, d’un chef d’entreprise ou d’une entreprise est devenu un sujet stratégique hautement sensible. Si bien que la plupart des sociétés contactées n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Auparavant, alors que chacun pouvait se sentir protégé des rumeurs (ou des faits avérés mais dont la portée ne dépassait pas un cercle de personnes), critiques ou remarques colportées à son sujet, avec la toile, aujourd’hui, personne ne peut y échapper. […]

Et depuis peu, on emploie volontiers le terme de e-réputation. Un marché en plein boom. Des outils, méthodes et stratégies se sont développés et des cabinets sont devenus des spécialistes. On en compterait en France, 250.

WEreputation se revendique parmi les précurseurs sur Lyon. Arrivés en 2009, Marcel Rebolle et Damien Armenté, ses dirigeants, comptent aujourd’hui des dizaines de clients répartis dans toute la France. La réputation n’a plus de secrets pour eux, au point qu’il se définissent comme des créateurs de contenus et non comme des nettoyeurs du net. « La réputation ne se résume pas à supprimer uniquement des informations sur une page Google, mais demande une stratégie globale avec des moyens en face », souligne Damien Armenté.

Une stratégie qui se traduit par la mise en place d’une veille, comme des « Google Alertes », qui permettent de voir dans un premier temps ce qui est dit sur soi sur la toile. Puis par la création de contenus positifs qui permettent un référencement dans Google. Enfin, par l’utilisation d’Internet comme un moyen de communiquer directement avec ses clients (dans le cas d’une marque ou d’une entreprise). Aéroports de Lyon en fait l’expérience, lors de grèves notamment. Présents sur les médias sociaux, ils « préviennent » dès qu’il y a une information essentielle mais tiennent à ne pas être une « plateforme de réclamations ». « Mais nous avons le pouvoir de répondre à des questions ou prendre part à des discussions sur des forums pour rectifier des informations, par exemple », nous explique-t-on.

Une stratégie qui demande une présence en amont. […] Malheureusement, c’est loin d’être une initiative courante. « On viens nous voir quand il y a le feu », regrette Damien Armenté. La e-réputation n’est pas encore imprimée dans la conscience des dirigeants de PME, contrairement aux grandes entreprises qui l’ont adoptées. Gérer sa réputation ne se résume pas qu’à Facebook. Car ne pas y être, ne veut pas dire qu’une entreprise sera épargnée. Au contraire… […] »

Merci à Romain Charbonnier, journaliste pour Le Tout Lyon Affiches.

 Article paru samedi 15 juin 2013, ToutLyon numéro 5053 par Romain Charbonnier.

About the author  ⁄ Marcel Rebolle

Aucun commentaire

Laisser un commentaire